Musique Classique en ligne - Actualité, concerts, bios, musique & vidéos sur le net.

Musique classique et opéra par Classissima

Antonio Vivaldi

samedi 30 juillet 2016


Classiquenews.com - Articles

26 juillet

Les Cimes de Val d’Isère, festival & Académie, 24 juillet-7 août 2016

Classiquenews.com - Articles VAL D’ISERE : Festival et Académie Les Cimes : 24 juillet – 7 août 2016. Rien de plus inspirant pour les instrumentistes, aguerris et apprentis, que l’air pur des cimes alpines (on sait ce que donne une telle équation dans les festivals Suisses à Verbier ou à Gstaad). Ainsi chaque été, Val d’Isère propose un cycle de concerts (récitals, duos, musique de chambre, programme symphonique…), à destination de tous les publics que la montagne séduit. Pour les musiciens, Les Cimes de Val d’Isère ne sont pas qu’un festival comme les autres ; c’est une Académie (cycle de masterclasses) où les jeunes professionnels apprennent le métier, se perfectionnent au contact des aînés. Le partage pour les festivaliers, la transmission pour les musiciens composent ici un cocktail électrisant qui produit des rencontres et des concerts pas comme les autres. Les expérimentés approfondissent leur propre technique en enseignant aux plus jeunes, les jeunes apprentis se familiarisent avec des oeuvres nouvelles et en grande formation ; car l’écoute et la concentration collective ne visent qu’un seul but : jouer ensemble et en public. A partir du 24 juillet et jusqu’au 7 août 2016, la station de Val d’Isère se met au diapason de la musique et du partage, offrant nombre d’événements dans l’église du village, au Centre des Congrès et d’autres sites de la Vallée… En accès libre, rencontres et échanges tout au long du Festival Académie permettent aux festivalier présents de suivre les progrès des jeunes musiciens, de suivre certains d’entre eux de sessions en sessions, de rencontrer de nombreux professionnels… Cette année, les artistes invités (qui sont pour la plupart les membres de l’équipe pédagogique) sont entre autres : Mireille Alcantara, Daniel Ottevaere (chant et opéra) ; les violonistes : Noëlle Barbereau, Sylvie Bonet, Philip Bride, Hélène Clement, Christine Cros, Anne Fabre, Ami Flammer… ; les altistes Gérard Caussé, Antonia Coste… ; les violoncellistes : Manuel Cartigny ou Michel Strauss ; et tant d’autres musiciens prêts à partager leur maîtrise technique et leur inspiration poétique jusqu’aux sommets. TEMPS FORTS A l’été 2016, Les Cimes de Val d’Isère accueillent le pianiste Thierry Rosbach, l’Orchestre symphonique de l’Opéra de Toulon, le chef d’orchestre Jean-Jacques Kantorow et le violoniste Ami Flammer… , sans omettre conférences, entretiens avec les personnalités du monde musical, mais aussi randonnées culturelles ou lunchs musicaux… Lundi 25 juillet 2016 / 21h, Église Récital de piano Thierry Rosbach interprète l’un des monuments pour clavier légué par l’âge baroque : les Variations Goldberg de Jean-Sébastien Bach, originellement pour clavecin et pour tromper les nuits d’insomnies d’un riche mélomane. Soit 32 Variations d’une invention constante et d’une technicité progressive. Un vrai défi pour tous les instrumentistes et depuis Glenn Gould, légende canadienne du piano qui eut le premier l’idée de les enregistrer (1957), les pianistes désireux de se confronter sur un clavier moderne à la montagne conçu au XVIIIè par Bach. Du 27au 30 juillet 2016 / 21h, Centre des Congrès Le 28 juillet 2016, « Soirée prestige » Le Concerto pour violon et orchestre de Beethoven permet aux musiciens invités d’aborder l’un des piliers de la littérature romantique pour violon. Inspiration amoureuse, tendresse et fureur, mais aussi très haute technicité pour le soliste, le Concerto pour violon en ré majeur est écrit pour le virtuose Franz Clement qui en réalise la création à Vienne en décembre 1806. L’année est riche en rebondissements pour le compositeur, qui vit la chute de son opéra Fidelio, et se fiance secrètement avec Thérèse de Brunswick. C’est probablement dans le sillon de cet amour célébré en mai que Beethoven conçoit son Concerto tel un poème de tendresse, une confession d’amour. Les 3 mouvements (Allegro ma non trop, Larghetto, Rondo) aujourd’hui reconnus comme les volets d’un tout cohérent, suscitèrent pourtant à la création, une série de critiques fustigeant leur écriture désordonnée et confuse… celle d’un éclectisme maladroit (!). Des reproches que notre sensibilité moderne ont balayé, soulignant dans le Concerto la force constructive et irrépressible du sentiment amoureux qui le structure. Couplé au Concerto, la Romance pour violon et orchestre n°2 en fa majeur opus 50. Concerto pour violon opus 61 de L.W. van Beethoven (1770 – 1827) Orchestre Symphonique de l’Opéra de Toulon Jean-Jacques Kantorow, direction d’orchestre, Ami Flammer, violon Vendredi 29 juillet 2016, 12h Concert emblématique du Festival Les Cimes, l’Interlude musical (à 12h) avec quelques musiciens de l’Orchestre Symphonique de l’Opéra de Toulon Provence Méditerranée, à quelques … 2600 m d’altitude, dans l’écrin époustouflant du lac de l’Ouillette, site en plein air d’une irrésistible magie. Expérience musicale unique et exceptionnelle… au sommet. Puis, sur la place de l’Office de Tourisme de Val d’Isère, à 19h, concert Mozart et Vivladi, dirigé par Ami Flammer et les musiciens de l’Orchestre de l’Opéra de Toulon Provence Méditerranée (cette fois au complet) avec le violoniste Shuichi Okada et Paisit Bon-Dansac (clavecin). Au programme : Mozart (Une petite musique de nuit / Ein kleine nachtmusik K 525) et Vivaldi dont les musiciens jouent Les Quatres saisons. Et aussi … Les vendredis et samedis 29 et 30 juillet, 5 et 6 août Concerts des académiciens À l’issue des classes de perfectionnement, les jeunes apprentis académiciens se produiront en journée et en soirée, à l’Église et au Centre des Congrès. Tous les jours classes de maîtres ou master classes publiques Tous les jours, dans différents lieux de la station : Centre des Congrès, église, salons d’hôtel… L’Académie ouvre les coulisses de plus d’une quinzaine de disciplines instrumentales : le public peut assister aux cours de perfectionnement dispensés par les artistes invités aux académiciens. Val d’Isère en juillet, résonnent au rythme des instrumentistes venus se perfectionner, partager, découvrir. Pour le plus grand plaisir du public présent dans la station cet été. RESERVEZ, ORGANISEZ votre séjour à Val d’ISERE en consultant le site de l’Office de Tourisme de Val d’Isère Tracez votre légende à Val d’Isère

Resmusica.com

28 juillet

Hommage à André Isoir transcripteur

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Cantate BWV 29 : sinfonia ; Ouverture n°3 BWV 1068 : aria ; Cantate BWV 169 : aria d’alto ; Cantate BWV 4 : aria de ténor ; Sonate pour violon seul n°1 BWV 1001 : preludio ; Prélude et fugue en ré mineur BWV 539 : fugue ; Cantate BWV 68 : aria de soprano ; Cantate BWV 208 : aria de soprano ; Cantate BWV 106 : sonatina ; Concerto en ut mineur pour deux clavecins et orchestre BWV 1060 : finale ; Missa BWV 233 : quoniam tu solus sanctus ; Choral BWV 645 ; Cantate BWV 202 : aria de soprano ; Concerto pour quatre clavecins et orchestre d’après Vivaldi BWV 1065. Michel Bouvard, François Espinasse, orgue. 1 CD La Dolce Volta. Enregistré en septembre 2015. Livret bilingue (français, anglais). Durée : 65’20.






Classiquenews.com - Articles

6 juillet

Tamerlano de Vivaldi

France Musique. Jeudi 28 juillet 2016, 20h. Vivaldi : Tamerlano, opéra pasticcio créé en 1735 à Vérone. Livret d’Agostino Piovene. Peu à peu les opéras de Vivaldi sortent de l’ombre où ils agonisaient. Une véritable résurrection du Vivaldi lyrique voit ainsi le jour depuis quelques années, grâce en partie à l’engagement des nouveaux ensembles et solistes. Thibault Noally (chef en résidence à Beaune et déjà remarqué pour la justesse de son expressivité) et son ensemble Les Accents accompagnent ainsi une distribution prometteuse dont les excellentes chanteuses : la mezzo veloutée voluptueuse Léa Desandre (Andronico, le fiancé d’Asteria), et surtout l’incandescente soprano Anna Kasyan (Adaspe), lauréate du convoitée Concours de Bel Canto Vincenzo Bellini. Pasticcio du dernier Vivaldi Après Handel (Tamerlano, Londres, King’s Théâtre, 1724), le dernier Vivaldi se passionne pour la figure sublime du vaincu Bajazet que sa grandeur morale rend supérieure à la barbarie de son geolier, Tamerlano… Tamerlano est un opéra pasticcio dans lequel Vivaldi compose l’intégralité des récitatifs et l’essentiel des airs tout en empruntant certains d’entre eux à ses opéras précédents (Giustinio, Farnace, Semiramide, Motezuma) mais aussi à ses confrères napolitains ( et rivaux car ce sont eux que le public vénitien désormais acclame) : Hasse, Giacomelli, Broschi. L’intrigue met en scène Bajazet, sultan ottoman, défait par Tamerlan, cruel empereur des Tartares, qui souhaite épouser Asteria, fille de Bajazet. Désespéré, Bajazet se donne la mort. Scènes de passions, de colère et de jalousie sont l’occasion pour Vivaldi de proposer des airs virtuoses voire pyrotechniques comme le fameux air “Sposa, son disprezzata” chanté par Irène à l’acte 2. Voilà le cas exemplaire et fréquent d’une tragédie morale, propre au genre seria, qui a contrario ne se finit par bien, et aurait dû s’intituler non Tamerlano mais bien, Bajazet. Comme Handel avant lui, Vivaldi remodèle le drame à la fois politique et sentimental. Tamerlano retient captif Bajazet dont il aime la fille Asteria. Il s’est écarté depuis de sa précédente fiancée, Irène. Si Bajazet accepte qu’Asteria épouse son geôlier et vainqueur, il aura la vie sauve : Bajazet refuse de vendre sa fille contre sa liberté. En un tableau sombre et lugubre, dont Handel a le secret, Bajazet le magnifique se donne la mort. Saisi par ce geste d’une ultime et fatale loyauté, Tamerlano renonce à Astéria qui peut épouser son aimé, Andronico ; puis revient vers Irène. Ce que nous apprend Tamerlano, c’est la grandeur moral du prisonnier, soumis à un odieux chantage qui préfère renoncer et se donner la mort que donner sa propre fille. ANTONIO VIVALDI / 1678-1741 Tamerlano Opéra pasticcio en 3 actes, créé en 1735 au Teatro Filarmonico de Vérone. Livret d’Agostino Piovene version de concert Donné le 23 juillet 2016 à Beaune, Cour des Hospices, 21h Bajazet : Florian Sempey Tamerlane : David DQ Lee, Astoria : Anthéa Pichanick, Andronico : Léa Desandre Irene : Blandine Staskiewicz Idaspe : Anna Kasyan, ORCHESTRE LES ACCENTS Direction musicale : THIBAULT NOALLY Consultez la page Tamerlano sur le site du Festival de Beaune 2016 http://www.festivalbeaune.com

Classiquenews.com - Articles

5 juillet

Festival de GSTAAD (Suisse) à partir du 14 juillet 2016

GSTAAD, Festival (Suisse). 14 juillet – 3 septembre 2016. “Musique et famille”. Pour ses 60 ans, le festival à l’air pur propose 70 concerts en 2016… Cette année le festival estival suisse joue la carte des fratries et des familles musicales : qu’il s’agisse des compositeurs évoqués en “familles musiciennes, en dynasties enchanteresses”, ou des interprètes invités en 2016, place donc aux filiations directes, surtout frères et sœurs que la musique accompagnent leur vie durant dans la complicité et le partage artistique, … le festival 2016 selon le souhait de son directeur Christoph Müller (depuis 2002), met l’accent sur les complicités irrésistibles : ainsi les soeurs Khatia & Gvantsa Buniatishvili, Katia & Marielle Labèque…, les frères Kristjan et Neeme Järvi, la dynastie des clarinettistes Ottensamer, les frères Janoska … Fondé en 1957 par le violoniste légendaire Yehudi Menuhin dont 2016 marque le centenaire, le festival de Gstaad dans les Alpes Suisses sait accorder la splendeur des sites naturels à la passion des musiciens qui le font vivre chaque été. C’est selon le voeu de Yehudi Menuhin, une expérience unique au monde pour le public et les artistes acteurs, venus du monde entier jouer, partager, approfondir les œuvres autour de valeurs clés : exigence, amitié, détente… A l’été, 70 concerts résonneront jusqu’aux cimes enneigées : récitals, musique de chambre, concerts symphoniques, à l’église de Saanen ou sous la tente du festival, silhouette désormais emblématique de l’événement estival. Festival de Gstaad 2016… La musique en famille SCENE ORCHESTRALE. Aux côtés des programmes plus intimistes, d’ores et déjà les rendez vous orchestraux (établis depuis 1989) sont très attendus, offrandes exaltantes nées de l’entente entre les instrumentistes et leur chef …à forte personnalité. Pas moins de quatre grandes phalanges viendront à Gstaad en 2016: Giovanni Antonini & le Kammerorchester Basel, Valery Gergiev & le Marijnsky Theatre Orchestra St. Petersburg, Riccardo Chailly & le Filarmonica della Scala Milano, Gianandrea Noseda & le London Symphony Orchestra… Côté récitals de grands solistes, ou tempéraments à suivre absolument, ne manquez pas l’extrême sensibilité virtuose de Maria João Pires, Daniel Hope, Lang Lang, Gabriela Montero, Sir András Schiff, Patricia Kopatchinskaja, Sol Gabetta, Bryn Terfel, Anja Harteros, Fazil Say, Maxime Vengerov, Diane Damrau, Bertrand Chamayou, Renaud Capuçon, Philippe Jaroussky, Valery Sokolov, Didier Lockwood ou le geste incandescent et intérieur du Quatuor Ebène… TEMPS FORTS. Parmi les nombreux temps forts, soulignons entre autres, le concert du violoniste Daniel Hope, habitué de Gstaad comme de l’Oberland bernois, et surtout héritier et ancien élève de Yehudi Menuhin auquel il a rendu hommage dans un récent cd édité chez Deutsche Grammophon (“Daniel Hope… my tribute to Yehudi menuhin” : oeuvres de Mendelssohn, Reich, Vivaldi, Henze, Taverner, Elgar…)… son concert du 24 juillet reprend en partie les pièces jouées dans l’album discographique (avec l’Australian chamber orchestra). Parmi les autres hommages à Menuhin : Requiem de Mozart par Paul McCreesh (les 15 et 16 juillet), les 3 récitals d’Andras Schiff les 20, 23, 25 juillet), le concert de clôture “Happy Happy Birthday Yehudi” avec Gilles Apap, Valery Sokolov, Didier Lockwood… l’Orchestre Symphonique de Berne sous la direction de Kristjan Järvi (le 3 septembre)… Les amateurs de musique de chambre apprécieront en particulier le Gala Beethoven à deux (Maria Joao Pires et Sol Gabetta, le 17 juillet), Louis Schwizgebel-Wong (le 3 août), les soeurs Buniatishvili (le 4 août), les membres du Quatuor Ebène (le 8 août : “Confidences d’Isis et d’Osiris”, Haydn, Debussy, Beethoven…), Bertrand Chamayou et la suite de son Projet Ravel (le 16 août) ; les chefs d’oeuvre viennois défendus par Isabelle Faust, Jean-Guilhen Queyras et Alexander Melnikov, le 26 août… Les festivaliers plus lyricophiles ou amateurs de beau chant ne manqueront pas entre autres : récital d’Arabella Steinbacher, le 28 juillet ; concert de lieder et mélodies de R. Strauss et Dvorak par Diana Damrau et Xavier de Maistre, le 14 août ; Philippe Jaroussky et son ensemble Artaserse le 25 août ; le Gala Opera (avec Anja Harteros, Bryn Terfel sous la direction de Gianandrea Noseda, le 28 août)… Le thème de la famille n’est pas seulement à Gstaad une affaire de musiciens ou d’instrumentistes ; il s’agit aussi d’évoquer les clans et dynasties de compositeurs. Ainsi, la Dynastie Bach (Jean Rondeau, le 18 juillet), la famille Mozart (Gabriela Montero, le 26 juillet)… et aussi un très intéressant programme (évoquant les Schumann et le jeune Brahms, si proches) : Clara, Robert et Johannes, les 22, 23 juillet, autre volet de la série “Musique et Famille”… ; sans omettre une évocation de la famille Mendelssohn (Katia Buniatishvili, Renaud Capuçon, orchestre de chambre de Bâle, le 17 août)… PEDAGOGIE, TRANSMISSION… une expérience musicale unique à partager. Gstaad ce n’est pas seulement des têtes d’affiche exaltantes, à applaudir le temps d’un concert ; ce sont aussi surtout des tempéraments taillés pour la transmission et l’exercice pédagogique : d’ineffables moments de partage, d’apprentissage, d’explication et d’approfondissement, vécus entre maîtres et élèves. Gstaad, par la volonté de son fondateur Yehudi Menuhin dont l’intelligence pédagogique reste exemplaire, un modèle pour tous, enseigne ainsi à plusieurs profils de musiciens, dont les jeunes chefs qui demain seront les baguettes les plus convaincantes… Ainsi le concert des écoliers du Canton de Berne, entre 10 et 18 ans, appelés à travailler la 9ème Symphonie de Beethoven (Tente de Gstaad, le 2 septembre 2016), sans omettre les Académies du Festival (Gstaad String Academy, concert de clôture, le 15 août ; Gstaad Conducting Academy, le 17 août ; Gstaad Vocal Academy, concert de clôture, le 28 août ; Gstaad baroque Academy, Maurice Steger, concert de clôture le 3 septembre), comme les nombreux concerts pour les enfants et les familles (Beethoven4all, The Pumpernickel company, le 2 septembre). Musique de chambre, concert choral sacré, programmes symphoniques, sans omettre la voix comme les grands moments de partage et de dépassement, prolongements des séries pédagogiques, … toutes les musiques et les expériences musicales sont à vivre à Gstaad, cet été, en famille, dès le 14 juillet, et nul part ailleurs. Gstaad Menuhin Festival & Academy. “Musique et Famille” : du 14 juillet au 3 septembre 2016. Toutes les infos et les modalités de réservation sur le site du Festival de Gstaad. ENTRETIEN avec Christoph Müller, directeur artistique du Festival de Gstaad Entretien avec Christoph Müller, directeur artistique du festival de Gstaad. Pour la 60ème édition du festival de GSTAAD (Suisse), classiquenews a posé 5 questions au directeur artistique. Eclairage sur les multiples activités musicales d’un événement qui dure plus d’un mois et renforce sa proximité avec les jeunes publics, l’apprentissage des jeunes musiciens, la cohérence d’une programmation diverse et spécifiquement montagnarde… LIRE l’entretien complet

Antonio Vivaldi
(1678 – 1741)

Antonio Vivaldi (4 mars 1678 - 28 juillet 1741), était un violoniste et compositeur italien. Vivaldi a été l’un des virtuoses du violon les plus admirés de son temps ; il est également reconnu comme l’un des plus importants compositeurs de la période baroque, en tant qu'initiateur principal du concerto de soliste, genre dérivé du concerto grosso. Son influence, en Italie comme dans toute l’Europe, a été considérable, et peut se mesurer au fait que Bach a adapté et transcrit plus d’œuvres de Vivaldi que de n'importe quel autre musicien. Son activité s’est exercée dans les domaines de la musique instrumentale, particulièrement au violon, et de celui de la musique lyrique, et elle a donné lieu à la création d’un nombre considérable de concertos, sonates, opéras, pièces religieuses: il se targuait de pouvoir composer un concerto plus vite que le copiste ne pouvait le transcrire. Sa véritable reconnaissance a eu lieu pendant la première moitié du XXe siècle Aujourd’hui, certaines de ses œuvres instrumentales, et notamment les quatre concertos connus sous le titre « Les Quatre Saisons » comptent parmi les plus populaires du répertoire classique.



[+] Toute l'actualité (Antonio Vivaldi)
28 juil.
Resmusica.com
26 juil.
Classiquenews.com...
26 juil.
Resmusica.com
18 juil.
Resmusica.com
6 juil.
Classiquenews.com...
6 juil.
Google Actualité ...
6 juil.
Google Actualité ...
6 juil.
Google Actualité ...
6 juil.
Google Actualité ...
5 juil.
Classiquenews.com...
5 juil.
Classiquenews.com...
4 juil.
Classiquenews.com...
3 juil.
Classiquenews.com...
29 juin
Le blog d'Olivier...
18 juin
Resmusica.com
17 juin
Les blogs Qobuz
14 juin
Classiquenews.com...
7 juin
Classiquenews.com...
3 juin
Les blogs Qobuz
2 juin
Classique... mais...

Antonio Vivaldi




Vivaldi sur le net...



Antonio Vivaldi »

Grands compositeurs de musique classique

Les 4 Saisons Violon Prince à Venise Concerto Pour Violon

Depuis Janvier 2009, Classissima facilite l'accès à la musique classique et étend son audience.
Avec des services innovants, Classissima accompagne débutants et mélomanes dans leur experience du web.


Grands chefs d'orchestre, Grands interprètes, Grands artistes lyriques
 
Grands compositeurs de musique classique
Bach
Beethoven
Brahms
Debussy
Dvorak
Handel
Mendelsohn
Mozart
Ravel
Schubert
Tchaïkovsky
Verdi
Vivaldi
Wagner
[...]


Explorer 10 siècles de musique classique ...